Définitions

Définitions

EN QUELQUES MOTS

 

Le trouble développemental du langage (TDL)

Lorsqu'un enfant éprouve des difficultés en expression et/ou en compréhension du langage et que celles-ci ne peuvent être expliquées par un facteur extérieur, on parlera de TDL ou encore de DYSPHASIE, pour les formes les plus sévères et persistantes.

 

 

Un cas particulier : L'aphasie : perturbation du langage, mais qui était précédemment acquis, et qui fait suite à une lésion cérébrale d'origine vasculaire, traumatique, infectieuse, dégénérative, tumorale. L'enfant aphasique peut être rééduqué comme un enfant dysphasique. L'aphasie n'est pas considéré comme TDL car un facteur extérieur existe.

 

 
 
 

Définition approfondie :

Le mot dysphasie vient du préfixe « dys » signifiant : mauvais, erroné et du radical grec « phasis » signifiant : parole, langage. Nous pouvons donc définir la dysphasie comme un déficit grave et durable du langage en l'absence de surdité, de déficience intellectuelle, de troubles neuro-moteurs, d'autisme ou de privation sociale aiguë.

Le déficit langagier persistera malgré une prise en charge. Le langage étant considéré comme acquis à 4 ans. Le diagnostic de dysphasie sera posé vers 5-6 ans par un neuro-pédiatre.

Ce problème empêche le langage de jouer son rôle de base de la pensée et des relations avec autrui.

On peut être dysphasique :

  • A plusieurs degrés : langage très difficile à comprendre par quelqu'un d'autre ou langage très discret.
  • Dans un ou deux versants : le versant de la compréhension et/ou de la production.
  • A plusieurs niveaux : atteinte phonologique, sémantique, lexical, syntaxique, pragmatique,...

 

C'est comme se retrouver non seulement dans une langue étrangère, mais aussi dans un pays étranger...

De ce fait, d'autres troubles sont vécus par ces jeunes :

  • Troubles scolaires : troubles d'apprentissage en lecture, en écriture ou en mathématiques. Troubles cognitifs : difficulté de développer des jeux symboliques ou abstraits, facilement distrait.
  • Troubles de la perception du temps : difficulté d'adaptation aux changements de routine, les notions de passé et futur peuvent être difficiles à incorporer.
  • Et surtout des troubles sociaux : frustration lorsqu'ils cherchent leurs mots et n'arrivent pas à les trouver. Tendance à avoir une faible estime d'eux, à s'isoler, à réagir de manière démesurée.

Il existe autant de dysphasies que d'enfants dysphasiques

Tous ces enfants ont besoin d'une rééducation adaptée, au plus jeune âge si possible, et encadrée par une équipe pluridisciplinaire (orthophoniste en France, logopède en Belgique, psychomotricien, ....) dans des enseignements spécifiques (classes de langage) ou dans des enseignements ordinaires en intégration.

L'origine de ce trouble est encore mal connu. Nous pouvons quand même citer : des facteurs génétiques ou neurobiologiques ou épileptiques ou des anomalies neuro-développementales.

Comme la dysphasie est un trouble structurel, il est acquis depuis la naissance et reste tout au long de la vie.L'avenir est peu prévisible, mais l'enfant évoluera sans aucun doute en fonction des moyens mis à sa disposition, de l'ampleur de ses troubles, de la reconnaissance et de la prise en charge de ceux-ci.

 

On peut retrouver d'autres troubles associés à celui de la dysphasie comme :

  • Le Trouble Développemental de la Coordination (TDC) ou dyspraxie : trouble de la coordination des mouvements et gestes pour réaliser une action dans un but précis, n'étant pas causé par une déficience motrice cérébrale.
  • La dyslexie : trouble dans l'acquisition du langage écrit, difficultés à lire et écrire, sans déficience sensorielle, intellectuelle ou motrice.
  • La dysorthographie : trouble d'apprentissage dans l'acquisition et la mémorisation de l'orthographe des mots. La dysorthographie est souvent associée à de la dyslexie.
  • La dysgraphie : trouble d'apprentissage lié à des difficultés dans l'écriture et le dessin.
  • La dyscalculie : trouble d'apprentissage dans le domaine des mathématiques et nombres, sans être causé par une déficience intellectuelle.
  • Le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH et /ou TDA/H) : trouble de l'apprentissage caractérisé par de l'inattention, l'hyperactivité et l'impulsivité. Tous ces troubles ont une origine neurologique et ont tous des répercussions sur la scolarité de l'enfant.

Ne pas confondre Dysphasie et

déficit auditif

déficience intellectuelle

autisme

Les spécialistes classent les dysphasies suivant certaines caractéristiques (souvent le versant du langage qui est atteint). Ils ont alors tout une série de termes précis que les parents ont parfois du mal à maitriser. Vous trouverez dans notre page classification, quelques indications pour vous aider.